Saviez vous que la dictée la plus difficile du monde ne fait que 15 lignes mais n’est que très rarement réussie?

22 6
MERCI DE NOUS ENCOURAGER! Aimez et Partagez sur Facebook:
Chargement en cours
Saviez vous que la dictée la plus difficile du monde ne fait que 15 lignes mais n'est que très rarement réussie

C’est à la demande de l’impératrice Eugénie (femme de Napoléon III) que Prosper Mérimée élabora cette dictée en 1857, question de distraire un peu la cour qui s’ennuyait grave. Or bien que son texte ne présentait qu’une quinzaine de lignes, aucun des loyaux sujets présents le jour de sa lecture ne put réussir l’exploit de l’écrire sans faute. Pas même Alexandre Dumas qui en loupa quatre. Lors de ce ludique et royal concours, c’est en fait Metternich fils, alors ambassadeur d’Autriche, qui aurait tiré la meilleure épingle du jeu avec 3 erreurs seulement, alors que Napoléon pour sa part en aurait fait… soixante-quinze!

Il faut dire que cette épreuve n’est pas de la tarte encore de nos jours et en général, même parmi les plus férrus de la langue française, on n’atteint que rarement plus de 40% de taux de réussite, d’où son titre de «Dictée impossible».

Vous voulez vous amuser à savoir à quoi ressemble la bête et peut-être mettre, vous aussi, vos convives à l’épreuve?

Pour le jeu, y’a qu’à demander :

«Pour parler sans ambiguïté, ce dîner à Sainte-Adresse, près du Havre, malgré les effluves embaumés de la mer, malgré les vins de très bons crus, les cuisseaux de veau et les cuissots de chevreuil prodigués par l’amphitryon, fut un vrai guêpier. Quelles que soient, et quelque exiguës qu’aient pu paraître, à côté de la somme due, les arrhes qu’étaient censés avoir données la douairière et le marguillier, il était infâme d’en vouloir pour cela à ces fusiliers jumeaux et mal bâtis, et de leur infliger une raclée, alors qu’ils ne songeaient qu’à prendre des rafraîchissements avec leurs coreligionnaires. Quoi qu’il en soit, c’est bien à tort que la douairière, par un contresens exorbitant, s’est laissé entraîner à prendre un râteau et qu’elle s’est crue obligée de frapper l’exigeant marguillier sur son omoplate vieillie. Deux alvéoles furent brisés ; une dysenterie se déclara suivie d’une phtisie, et l’imbécillité du malheureux s’accrut. — Par saint Martin ! quelle hémorragie ! s’écria ce bélître. À cet événement, saisissant son goupillon, ridicule excédent de bagage, il la poursuivit dans l’église tout entière.»

— Prosper Mérimée, 1857

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *